);

Dans le cadre de leur programme de mobilité, les Pépinières Européennes de Création et le Centre Méduse ont lancé un appel à candidatures pour une double résidence d’artistes européen de janvier à mars 2019 et avril à juin 2019. Après délibération, le jury choisi par Méduse a sélectionné l’artiste française Cléa Darnaud et l’artiste italien Davide Tidoni, tous deux lauréats de cette édition 2019.

Méduse

Méduse est une structure unique en Amérique du Nord. Coopérative de producteurs et diffuseurs artistiques, culturels et communautaires, Méduse a ouvert ses portes en 1995. L’édifice de 4000 mètres carrés, situé dans le quartier Saint-Roch, en plein cœur du centre-ville de Québec, regroupe dix (10) organismes autonomes qui exercent tous des rôles de premier plan dans le domaine de l’art contemporain ; leurs mandats sont distincts, mais complémentaires. Méduse, par l’entremise de ses organismes-membres, offre également aux artistes un accès à des espaces de production et de diffusion et des équipements de haut niveau faisant de la coopérative l’un des pôles majeurs de production et de diffusion des arts actuels au Canada.

En savoir + : meduse.org

Les organismes participants

Les résidences internationales de Méduse sont accueillies en collaboration avec les organismes-membres de la coopérative toutefois, tous ne peuvent participer au programme de la même façon. Voici la liste des organismes qui sont en mesure d’agir à titre d’organisme-parrain lors des résidences internationales.

  • Antitube (cinéma) – projets d’écriture, de pré-production ;
  • Avatar (art audio et électronique) – projets de création et de production ;
  • La Bande vidéo (vidéo) – projets de création et de production ;
  • Engramme (estampe) – projets de création et de production ;
  • L’Œil de Poisson (arts visuels et multidisciplinaires) – projets de création et de production ;
  • Productions Recto-Verso (arts multidisciplinaires) – soutien temporaire à la création et la production ;
  • Spira (cinéma) – projets de recherche-création et de post-production ;
  • VU (photographie) – projets de création et de production ;
  • Manif d’art (arts visuels) – projets d’écriture, de commissariat et d’art public.

Les lauréats

Davide Tidoni a été sélectionnée pour une résidence soutenue par Avatar qui se déroulera de janvier à mars 2019 et Cléa Darnaud pour une résidence soutenue par Engramme qui aura lieu d’avril à juin 2019.

Davide Tidoni

Chercheur dans le domaine du son et de l’écoute, Davide Tidoni, s’intéresse à la dimension relationnelle de l’écoute et à l’expérience physique du son. Avec un accent particulier sur l’observation, l’action et la participation, il réalise une variété d’œuvres comprenant des interventions spécifiques in situ, des performances live, des ateliers et des audioprojets. Il a récemment réalisé une ethnographie sur le groupe de supporters de football italien du nord de l’Italie, BRESCIA 1911.

Cléa Darnaud

Née en 1993, Cléa Darnaud découvre la gravure aux Beaux-Arts de Bourges. C’est lors d’un stage à l’atelier du graveur danois Bo Halbirk à Paris qu’elle se passionne pour cette technique et décide de poursuivre ses études à Paris à l’école Estienne en atelier de gravure. Diplômée avec les félicitations du jury en 2016, elle obtient le Prix de perfectionnement aux métiers d’art de la ville de Paris et intègre l’atelier de gravure de l’Imprimerie Arte – Adrien Maeght. En parallèle elle est formée à la lithographie par Stéphane Guilbaud, Maître d’Art à Paris, et participe ainsi à plusieurs sessions d’impressions d’estampes sur machine plate en grand format 160×120 cm. Dans son travail elle s’intéresse aux notions de déplacement et de perception. À la fois moment de vie et matériau artistique, le voyage permet aussi de déambuler à travers les accidents du paysage. À la recherche de bribes et de détails susceptibles d’évoquer un imaginaire, elle cherche à infiltrer le réel pour en saisir des fragments et les recomposer dans son univers plastique. Elle explore le champ de la miniature par des gravures très fouillées, gravées à l’aiguille, déclinées en séries, constituées en ensembles ou rassemblées en éditions. Ces estampes, interrogeant les notions de récit et narration, invitent à une déambulation mêlant réalité et fiction.